L’Institut Notre-Dame de Thuin à... Boston (juillet 2018)

   

C’est en partie grâce aux liens tissés avec la communauté des Sœurs de Notre-Dame de Namur que nous avons pu réussir les commémorations du bicentenaire de notre école. Dans la continuité de cette fructueuse collaboration, nous avons eu l’opportunité et la chance d’accompagner Sœur Monique à un colloque de quatre jours organisé par la congrégation à la fin du mois de juillet à Boston, ville berceau des USA.

    Répondant à l’appel du Congregational Leadership Team (CLT), ce sont près de 300 personnes qui rejoignent l’Emmanuel College, situé dans les quartiers verts et privilégiés de Fenway à Boston, pour le Networking for mission III, colloque destiné à préciser certains points de doctrine grâce à un choix de conférences de qualité scientifique.  Des Sœurs de Notre-Dame, bien sûr, mais aussi des volontaires laïcs, hommes et femmes, jeunes et adultes, directeurs, enseignants, responsables de missions et de services de soins de santé ou simples sympathisants des Sœurs de Notre-Dame de Namur,  tous tout aussi désireux de pérenniser l’œuvre de Sainte Julie Billiart. Des carrefours permettent et favorisent aussi des échanges plus concrets entre les petites délégations japonaise, péruvienne, nigériane, congolaise et... belge qui y retrouvent l’important contingent nord-américain qui démontre l’ancrage US d’une congrégation présente sur cinq continents et dans dix-sept pays.

Cliquez sur la photo pour voir les autres photos

    Les journées sont bien remplies avec trois ou quatre conférences de spécialistes, parfois fort théologiques mais toujours intellectualisantes et intéressantes, rendues accessibles par le choix de sujets variés et des powerpoints bien utiles. Nous nous sommes ainsi intéressés, entre autre, à  La recherche du charisme de Julie au XXIème siècle, à  L’écho des défis de Sainte Julie pour notre époque (ah la Révolution française vue des USA !), à Un historique de la doctrine sociale de l’Eglise à travers l’action des papes, aux  Adolescents et les réseaux sociaux  ou encore à La mission des Sœurs Notre-Dame à l’ONU et à La préparation des commémorations des cinquante ans de la canonisation de Sainte Julie. De quoi nourrir les esprits !

    A l’image du campus, fondé en 1919, tradition et modernité sont étroitement liées à l’Emmanuel college. Premier collège catholique féminin de Nouvelle-Angleterre, l’établissement ne s’est ouvert à la mixité qu’en 2001. Ecole supérieure privée, le coût total d’une année y atteint entre 25 et 40 000 dollars, pour un étudiant interne, selon les aides sociales fournies. C’est largement au dessus de la moyenne nationale mais la qualité et le service sont sensés être au rendez-vous. L’école peut de plus se targuer de grands noms parmi ses anciens élèves ou professeurs et même d’un certain John F. Kennedy comme membre du Conseil consultatif du collège, de 1946 à 1963. Le caractère austère des dortoirs d’étudiants ou des anciens bâtiments contraste avec des infrastructures ultramodernes (classes, salles de sport, réfectoires self-services, coins détente, bibliothèques, matériel informatique, ...), en partie construites et financées en partenariat avec le secteur privé. Un imposant building d’une importante société pharmaceutique abrite ainsi des laboratoires suréquipés réservés au collège.

    Les Sœurs de Notre-Dame de Namur, appellation contrôlée made in USA, se montrent particulièrement accueillantes dans un pays où le fait religieux, quel qu’il soit, trouve toute sa place et sa visibilité dans l’espace social. Elles restent très présentes et impliquées dans une société américaine de la côte est où le quasi plein emploi facilite la cohabitation entre les différentes communautés ethniques, culturelles ou religieuses.

    Cœur à l’ouvrage appelle bonne cuisine et ces quatre jours de travail seront agrémentés de banquets et repas où bonne humeur et qualité culinaire offrent d’autres occasions de rapprochement et d’échanges. Représenter Namur, terre d’accueil de Julie Billiart, reste d’ailleurs un privilège au pays de l’Oncle Sam. Avec notre guide, la très dynamique Sœur Monique, la mini délégation francophone est vite élargie à l’Afrique du Congo avec les sympathiques Sœurs Florette et Adèle, respectivement directrices d’une école primaire à Kinshasa et d’un internat à Lemfu. La possibilité de tisser des liens et, peut-être, de développer un projet social et solidaire durable entre notre école et un établissement d’enseignement  africain est envisagée. Les besoins sont énormes au Congo (cahiers, crayons, manuels, infrastructures,…) et l’intérêt réciproque mais tout reste à construire dans le cadre d’un éventuel partenariat à venir. La mise en place de pareil projet nécessite du temps et un important investissement humain mais peut certainement constituer un beau moyen de fédérer un élan de solidarité au sein de l’Institut Notre-Dame de Thuin (récupération et envoi de matériel, animations et travaux sur place, contacts entre élèves,…).

        Pour terminer, nous tenons à remercier  les Sœurs de Notre-Dame de Namur et la direction de l’Institut Notre-Dame de Thuin qui ont rendu possible ce séjour bien instructif dans cette ville chargée d’histoire de Boston.  Une pensée toute particulière à notre guide, Sœur Monique, qui nous a permis de découvrir les arcanes de la congrégation et de nouer bien des contacts.

                                       

                                                                                                                     N. Folie

Publish modules to the "offcanvs" position.